Il existe deux interfaces de gestion DNS chez Pulseheberg, suivant votre type de service. Ces deux interfaces ont un fonctionnement très similaire, que nous allons aborder dans cet article. Vous trouverez en fin de l'article un glossaire des différentes entrées DNS qui existent, ainsi que leur utilisation. 

Vous avez un hébergement WEB (EducationWeb, PremierWeb, PlatiniumWeb) relié à ce domaine

Votre zone DNS est alors disponible directement sur le PulsePanel, ainsi que celle de tous les domaines que vous ajoutez sur cet hébergement web. 

Vous avez un hébergement WEB (WEB-5 ou WEB-25) relié à ce domaine

La zone DNS est gérée par Plesk, vous devez mettre en place les serveurs DNS suivants : 

DNS Primaire : ns1-hosting.pulseheberg.net
DNS Auxiliaire : ns2-hosting.pulseheberg.net

Si vous souhaitez modifier votre zone, vous pouvez suivre ce guide.

Vous n'avez pas d'hébergement WEB relié à ce domaine (domaine seul, ou domaine + VPS par exemple)

Votre zone DNS doit donc être gérée depuis le manager PulseHeberg (**par ici**).

Afin d'être en mesure d'utiliser nos interfaces de gestion DNS, il est important que votre domaine pointe vers les bons serveurs NS. Vous pouvez aisément le vérifier depuis votre panel de gestion.

Toutes nos interfaces de gestion DNS présentent les même éléments ainsi que le même mode de fonctionnement  : 



Sur chacune des interfaces, vous retrouvez les éléments clefs suivants : 

La colonne des sous domaines (Le @ correspond à la racine, soit votre domaine sans sous domaine)
La colonne des TTL (correspond à la durée de vie théorique des enregistrements. La valeur par défaut 3600 suffit théoriquement pour la plupart des usages)
Le type d'enregistrement (vous trouverez un lexique en bas de cet article)
La valeur de l'enregistrement. Il s'agit généralement d'une IP ou d'un FQDN (nom de domaine, avec un point final)
Chaque ligne équivaut à un enregistrement DNS différent
Un bouton d'ajout de ligne en bas de la page
Un bouton de sauvegarde en bas de la page

Sur l'interface 1 (manager pulseheberg), vous trouverez également en haut à droite, le statut de votre zone DNS, qui vous indique si cette dernière comporte des erreurs, ou si elle est en attente de validation automatique. 

Pour rappel, un FQDN ressemble en tout point à un nom de domaine, sa principale différence est qu'il possède un point final (après le .fr, .com, etc).

Par exemple, le FQDN de google.com est tout simplement google.com. 

Différents types d'enregistrements supportés

Nos interfaces supportent les principaux types d'enregistrements DNS, à savoir : 

L'enregistrement d'adresse (type A et AAAA)

Ce sont les enregistrements de base des zones DNS. Ils fonctionnent de la base la plus simple possible : Un sous-domaine pointe (entièrement) vers une adresse IP. Les enregistrements A correspondent aux adresses IPv4, et les enregistrements AAAA correspondent aux IPv6. 

Par exemple, si vous souhaitez que vos utilisateurs soient redirigés sur votre VPS, en allant sur l'adresse "http://vps.mondomaine.fr", il vous suffit de mettre "vps" dans la case sous domaine, et l'IP de votre VPS dans la case "valeur", en sélectionnant le type "A". Attention, vous ne pouvez avoir qu'un seul type A par sous domaine. Si vous en avez plusieurs, vos utilisateurs seront redirigés aléatoirement soit sur l'un, soit sur l'autre. 

Si vous souhaitez par exemple rediriger directement "http://mondomaine.fr" vers votre VPS, il suffit de reproduire la même configuration, en plaçant "@" dans la case "sous domaine". 



L'enregistrement de mail (type MX)

Comme son nom l'indique, l'enregistrement mail (MX) sert à configurer l'acheminement des emails envoyés à votre nom de domaine. C'est ce dernier (et seulement ce dernier) qui est lu par les serveurs mails pour déterminer vers quel serveur le mail doit être envoyé. Son fonctionnement est très simple. Vous rentrez dans la case sous domaine la valeur du sous domaine à configurer (si ce sont les mails de @test.mondomaine.fr il suffit de rentrer "test" dans sous domaine, si ce sont les mails de @mondomaine.fr, vous pouvez alors mettre un @), et le FQDN du serveur mail, ainsi que la priorité dans la case valeur. La priorité est un nombre entier positif, qui permet de définir un ordre de priorité pour cet enregistrement. Ainsi, vous pouvez placer plusieurs enregistrements MX, pour assurer la redondance (si vous avez plusieurs serveurs).

Si vous ne savez pas quelle priorité mettre, mettez tout simplement "1" suivi du FQDN de votre serveur, comme ci-dessous



L'enregistrement alias/canonique (type CNAME)

L'enregistrement de type CNAME fonctionne tout simplement comme un alias. Au lieu d'y rentrer une IP, vous y rentrez un FQDN, et votre utilisateur sera redirigé vers l'IP vers laquelle pointe ce FQDN. Cela vous permet d'éviter de rentrer de nombreuses fois votre adresse IP. Attention, ce n'est pas une redirection. L'URL affichée dans le navigateur (par exemple) ne sera pas mise à jour, c'est tout à fait transparent. Cela vous permet par exemple de créer des configurations comme ci-dessous. Si vous remplacez l'IP de la 3eme ligne ci-dessous, cela la remplacera également sur les lignes suivantes automatiquement.



L'enregistrement texte (type TXT)

Là encore, comme son nom l'indique, cet enregistrement vous permet de mettre en place des zones de textes, contenant des données pour votre domaine. Ce genre d'enregistrement n'est pas utile pour la majorité des usages, mais il est indispensable dans certains cas (configuration DKIM, SPF, etc). Il n'a pas de particularité notable, hormis qu'il n'est pas nécessaire de mettre de guillemets sur ces derniers chez Pulseheberg (toutes les guillemets mises seront automatiquement effacées). Vous trouverez ci-dessous un exemple de configuration DKIM et SPF sur notre interface



L'enregistrement de service (type SRV)

C'est un enregistrement assez complexe à manier, car il prend en compte beaucoup de paramètres.

Premièrement, son sous-domaine est composé de trois paramètres : Le type de service, le protocole (udp ou tcp), et le sous domaine en lui-même. Ainsi, si vous souhaitez configurer un service TeamSpeak 3 sur le sous domaine "ts.mondomaine.fr", le champ sous-domaine doit être complété comme ceci "**_ts3**.__tcp_.ts".  ts3 représente votre application (Teamspeak 3), tcp représente le protocole tcp, et .ts représente le sous-domaine en lui-même. Il faut également configurer la valeur de l'enregistrement avec de nombreux paramètres : La priorité, le poids, le port, et le FQDN de cible. En règle générale, les deux premières valeurs ne sont pas utiles si vous n'avez qu'un seul enregistrement SRV sur le sous domaine. Vous pouvez donc les laisser à 1. Le port représente tout simplement le port de votre application à utiliser, et la cible FQDN représente le serveur de destination.

Ainsi, l'exemple suivant vous permet de rediriger un serveur Teamspeak 3 hébergé chez "monfournisseur.fr", sur le port 1234 :

Cet article a-t-il répondu à vos questions ?
Annuler
Merci !